Facebook et le bouton LIKE

L’annonce de la possibilité donnée par Facebook de voir le bouton “Like” être disséminé un peu partout sur le web a fait coulé beaucoup d’encre… ou plus exactement a noirci un nombre non négligeable de pixels. Voyons un peu, l’intérêt de ce bouton selon la position dans laquelle on se place :

1-. Côté Facebook, la stratégie est claire et fortement à son profit.

Voyons en quoi Facebook tire un profit disproportionné vis à vis de l’éditeur. Je vous propose de lire partie de cet excellent billet de D. Durand

Donc, grâce à ce bouton, ils se mettent au centre de la socialisation du web voire de sa sémantisation. Voyez ce qu’en disait F. Cavazza (il y voit aussi des failles, voyez son billet) : ” Initiative sémantique lancée par Facebook. L’idée est la suivante :

2-. Côté éditeur de site

Voyons avant de voir les implications, les options proposées par Facebook pour créer le bouton. Voici les possibilités offertes : bouton like a. Le blogueur Un certain de blogueurs ont très vite placé ce bouton, moi y compris. Il faut reconnaître que c’est plutôt simple d’installer ce petit bouton. Voici trois façons de l’installer sous WP :

Quels sont les avantages pour le blogueur ? L’aspect le plus essentiel est l’espoir de viralisation du contenu. On peut aussi citer pour donner un aspect plus social à son blog. Au regard des inconvénients, cela parait maigre et ce d’autant plus que d’autres outils existent pour obtenir ces deux avantages bouton FB share, plugin addthis, …). J-N Reyt a dressé une liste de 5 raisons de retirer le LIKE de votre site :

b. Les sites d’info C’est sur ce type de site que j’ai le plus rencontré le fameux bouton. Leur but est de toucher un grand nombre d’internautes et de maximiser le nombres de visiteurs pour pouvoir monétiser cette audience. En ce qui les concerne l’aspect viral prend donc le pas sur les autres considérations. quand on fait de l’info grand public, c’est pour être lu par le plus grand nombre, logique. En Belgique, http://www.dhnet.be/index.php et http://www.lalibre.be/ l’ont par exemple inséré dans chaque article. La configuration optimale du bouton est dans la plupart des cas celui avec le compteur (dans sa version la plus simple). Lire un article de presse est moins engageant que de faire un achat et donc l’effet “ami” n’a pas vraiment un grand rôle à jouer

c. Les sites d’e-commerce L’exemple de Levi’s est la plupart du temps celui qui est mis en avant : Comme nous le savons tous, pour ses décisions d’achat, c’est dans les recommandations d’amis que le consommateurs place le plus de confiance (voir billet) :

recommandations amis achats
source image

La voie royale du social shopping est donc ouverte avec ce bouton. Jusqu’à présent sur les sites d’e-commerce, nous avions la possibilité de voir les notations et commentaires d’autres internautes… mais nous faisons bien évidemment plus confiance dans nos amis que dans des inconnus. Mais surprise, pas de trace du bouton ni sur pixmania, ni sur cdiscount ni sur amazon ni sur priceminister, ….. Comment expliquez-vous cela ? La configuration optimale du bouton est dans la plupart des cas le premier dans la série des captures reprises ci-dessus (donc avec la photo et le nom). Il est probablement judicieux de remplacer le like par recommend. Je suis curieux de voir si l’usage du bouton va rester assez limité ou s’il va se propager…. A suivre donc même si je ne suis pas sur du tout que la face de l’e-commerce change (voir billet

)

3-. Les internautes

Ayez toujours à l’esprit que Facebook réduit de plus en plus sa politique de confidentialité (voir et évolution of Facebook privacy). Partez donc du principe que tout ce que vous communiquerez comme info sera susceptible d’être tôt ou tard utiliser pour la monétisation du site. Partant de là, c’est à vous de voir si vous souhaitez cliquer sur ces bouton LIKE que vous ne manquerez pas de croiser sur la toile.

[edit] le seul passage sur le site suffit à “informer” Facebook de votre visite. Vous n’avez donc pas le choix. Sauf à être déconnecter de votre compte. Lisez attentivement cet article qui explique la vérification

Ce que je pense faire pour passer passer au travers de ce “flicage” serait, à première vue, d’utiliser deux navigateurs. Un juste pour aller sur Facebook et rester loggué  et l(autre pour surfer sans être pister.

Vous pouvez aussi suivre les conseil dispensé dans ce billet :  http://www.koztoujours.fr/?p=7590[/edit]

4-. Conclusions

Paradoxalement, c’est sur les blogs que j’ai vu le plus ce bouton et ce sont, à mon avis, eux qui y ont le moins d’intérêt. Je pense que l’affichage des amis qui ont acheté ou conseillent un produit est un plus indéniable pour l’e-commerce. Mais il n’est pas encore évident que cet affichage va se faire par le biais du bouton de Facebook. Pour que celui-ci soit un succès, il faut qu’il soit accepté par les éditeurs ET par les internautes. Et pour le moment, la méfiance vis à vis de Facebook grimpe beaucoup comme en témoignent les trends sur “Facebook privacy” et “Facebook delete” : facebook privacy

— Posted on mai 13, 2010 at 12:15 by

Tags: ,