Publicité : le défi des nouveaux medias

Ce vendredi à 22h50 sur la deux, l’émission intermédias à laquelle j’ai participé. La vidéo est d’ores et déjà visible sur le site.

Tout d’abord, merci à Alain Gerlache de m’avoir invité et aux autres intervenants (Vincent Battaglia; Jean-Sébastien Delacroix et Jean-Baptiste Godinot)  pour les échanges que nous avons pu avoir sur plateau mais aussi dans les coulisses.

Je voudrais profiter de mon blog pour donner de manière plus optimale mon avis sur le thème de l’émission :

L’extraordinaire développement des nouveaux medias numériques ne pouvait laisser les marchés publicitaires indifférents : aujourd’hui, sur cent euros investis en publicité, 10 vont sur Internet.

En Grande-Bretagne, la publicité on-line a même dépassé celle des medias classiques…
La publicité numérique, plus ciblée et interactive, va-t-elle remplacer les supports classiques ?

Certains auteurs reprennent dans le terme publicité toutes les formes de communication visant la promotion d’une marque, pour les auteurs de Mercator : Théories et nouvelles pratiques du marketing (1Cédérom), cette définition est trop large. Le livre propose comme définition :

Par publicité, on désigne tout message à but promotionnel

Si l’on suit stricto sensu, cette définition, la plupart des actions promotionnelles développées sur le net ne sont pas de la publicité mais de la promotion. Dans l’esprit de beaucoup, c’est néanmoins la définition plus large qui est la bonne.

Quels outils les entreprises et les agences ont-elles à leur disposition pour promouvoir une marque sur la toile ?

1-. Le banniering : vous avez déjà tous vu des bannières publicitaires placées sur différents sites. A titre personnel, je n’apprécie pas beaucoup, d’autant plus qu’aujourd’hui de plus en plus de bannières doivent être fermées suite à leur ouverture intempestive. Néanmoins, elles peuvent être utiles pour des campagnes de notoriété ou diffuser l’annonce d’un évènement.

banniere

banniere

2-. Le SEM ou Search Engine Marketing. C’est aujourd’hui statistiquement le support qui engrange le plus de revenus. Sur la capture d’écran ci-dessous, les liens commerciaux représente le SEM. Vous en avez sur fond jaune tout au dessus de la page de résultats et dans la colonne de droite de la page. Google a créé une vidéo pour aider à la réalisation de campagne dites “Adwords”. Il s’agit en fait de l’achat de mots clés selon un système d’enchères.

sem

sem

3-. Les liens publicitaires apparaissant dans les textes de sites partenaires.

Vous avez par exemple Infolinks ou Clickintext qui sont des acteurs de ce type de services.

les annonces sont affichées en analysant le contenu texte de la page internet sur laquelle elle se trouve. Les annonces affichées sur la page sont ainsi en rapport avec le contenu éditorial de la page.”

Dans le texte, des liens apparaissent soulignés deux fois. Quand on passe dessus avec la souris, une pub s’ouvre et l’internaute a la possibilité de cliquer.

4-. Les liens sur les comparateurs de prix tels que http://www.kelkoo.fr/

5-. Le SEO ou Serach Engine Optimisation. Il s’agit du référencement naturel ou organique dans les moteurs de recherche par opposition au SEM. Un certain nombres d’entreprises se sont créées autour de ce concept. Elles proposent aux entreprises des solutions en vue d’optimiser le position des sites dans les moteurs de recherche. Au hasard d’une recherche, vous avez par exemple http://www.seolys.com/

6-. L’email marketing. Je vous laisse découvrir cette interview. L’email marketing est donc un moyen opportun de fidéliser les clients. Vous noterez au passage que Nick Heys ne classe pas l’email marketing dans la catégorie publicité. [youtube uH7HId1yy_Q]  Je vous invite à consulter le guide survie de l’e mailing de la société diemark reprenant les étapes pour mener à bien une campagne mailing.

7-. Les réseaux sociaux.

Je pense qu’il faut différencier deux choses. Les réseaux sociaux comme Facebook affichent des publicités (souvent très ciblées grâce aux informations dont ils disposent sur les membres) mais ils peuvent aussi constituer des moyens pour les entreprises de communiquer avec leurs clients et prospects.

Pour ce qui est de l’usage des réseaux sociaux et de Facebook en particulier, je vous invite à lire ce billet très complet d’Antoine Dupin.

Les réseaux sociaux constituent une opportunité formidable de dialogue entre les marques et leurs utilisateurs. La démarche parait simple à mettre en oeuvre parce que la plupart des gens ont aujourd’hui un compte Facebook. Mais, la présence doit être pensée et réfléchie en amont. En aucun cas, il ne faut improviser. Je vous engage à relire ce billet du 4 novembre dernier présence sur les réseaux sociaux 5 pistes d’amélioration/.

Un exemple qui m’a plus d’usage des réseaux sociaux est la campagne des Casques Diesel : casques diesel campagne quique the head/

ou encore la campagne Ikéa citée dans le reportage de Intermédia.

8-. Les actions virales

La viralité est possible sur Internet grâce à l’émergence des réseaux sociaux (Twitter et Facebook)et des sites d’hébergement d’images ou de vidéos. Comme Jean-Sébastien l’a souligné lors du débat, on peut classer les en différentes catégories :

ecureuil

ecureuil

9-. Les billets sponsorisés.

Cela s’apparente à du publi reportage. Les bloggeurs sont invités à rédiger un billet pour promouvoir une marque ou un porduit moyennant rémunération. Vincent est tout à fait contre. Mon avis est différent, mais pour chaque support énoncé ci-dessus, on trouvera des personnes qui y sont favorables ou pas :D. J’avais moi-même posté un billet sur la compagne des hoppers : http://vansnick.isexl.com/2009/11/06/hopperinvasion-mais-dou-sortent-ces-ballons-sauteurs/

10-. Conclusions

Je trouve que le débat a fait un melting pot plutôt défavorable à la compréhension du téléspectateur et j’en ressens une certaine frustration.

Quand à juste Titre Alain Gerlache parle du Royaume Uni comme exemple de la publicité sur Internet. C’est tout à fait exact mais une information concernait  les liens sponsorisés : http://www.neteco.com/305256-liens-sponsorises-premier-levier-trafic-grande-bre.html. Pourtant, ce thème a été peu abordé.

Il a été beaucoup question du Buzz, cela fait rêver parce que l’on peut bénéficier d’une visibilité importante avec peu de moyens mais l’essentiel des budgets consacrés à la pub (au sens large) sur Internet vont vers des choses nettement moins funs et dont on parle relativement peu.

angleterre

angleterre


Néanmoins, les reportages étaient très bons et l’ambiance sur le plateau très sympa. Cela a été un réel plaisir de participer à cette émission. Je voudrais faire un addendum à ce que j’ai dit concernant les images que déposent mes étudiants sur Facebook. Je ne parlais pas des étudiants de l’ISE mais j’avais plutôt en tête des exemples antérieurs.

Je sensibilise beaucoup mes étudiants de marketing à l’e-réputation et à ce qu’ils postent. Et je suis très content de voir que cela porte ses fruits. Merci à eux tous 😀

source et source

— Posted on décembre 10, 2009 at 11:53 by

Tags: