Une bouche et deux oreilles…

1-. Bande d’égocentriques

Le sujet de conversation préféré de chacun de nous est de parler de soi. C’est du moins la réalité pour la plupart des personnes.

Ce comportement se traduit d’ailleurs, et est accentué, sur Facebook ou d’autres réseaux sociaux. Les gens y parlent de LEURS vacances, de LEURS sorties, de LEURS malheurs…. de LEUR vie.

Finalement, on dirait que bien peu de membres se soucient de la vie de leurs “amis”. Comme le décrit cette vidéo, il existe une espèce de surenchère à afficher la plus belle vie possible parfois très éloignée de la réalité… la culture du paraître prime sur l’être.

2-. Des personnes gèrent les comptes d’entreprises

La moindre des politesses est pourtant de s’enquérir de comment vont ses amis plutôt que d’afficher un bonheur de façade. Si cela restait dans le cadre de l’utilisation privée des réseaux sociaux, cela ne serait pas grave mais les entreprises font gérer leur présence web par des personnes (forcément, pas encore de robots pour le faire… quoique ?) et ces personnes ont tendance à reproduire pour l’entreprise ce qu’elle font à titre individuel.

a. Une bouche et deux oreilles

Les gens ont tendances à préférer parler plutôt que d’écouter. Si vous voulez paraître sympathique à quelqu’un… trouvez un sujet de conversation qui l’intéresse, posez lui quelques questions dessus…. il va rapidement devenir intarissable… il vous reste à écouter.

D’expérience, je peux vous dire que si vous êtes en prospection ou en clientèle, c’est le meilleur moyen pour décrocher la vente.

Quand vous écoutez quelqu’un, cela lui donne un sentiment d’importance et de reconnaissance. Dans bien des cas l’écoute est plus puissante que la prise de parole. Il en va de même pour la présence sur le web des entreprises.

b. La réponse, preuve de l’écoute

Ecouter et répondre est vraiment d’une importance capitale.
J’ajoute l’aspect réponse car sur le web, c’est le meilleur moyen pour démontrer l’écoute. Je ne vai spas revenir sur l’épisode Air France mais plutôt sur l’histoire de Amber relatée par Grégory :

8. La marque supprime l’article de son site web indiquant simplement “l’article n’est plus disponible” (pas d’explications, pas d’excuses).
9. Il semble (par source interne) que le produit ai été enlevé de tous les magasins également
10. La marque n’a toujours pas pris la parole…et a totalement arrêté de twitter/facebooker depuis…”  …

“1. La rapidité à laquelle tout cela s’est déroulée montre bien que si la marque n’est pas préparée et n’écoute pas ce qui se passe sur les médias sociaux, tout cela peut lui échapper à une vitesse grand V.
2. La marque n’était pas préparée, elle essaie de se cacher en ne twittant plus et en supprimant les produits du référencement mais cela ne fonctionne pas…les absents ont toujours torts
.”

c. Obtenir des likes, des commentaires ou des RT

On devine derrière le comportement de community managers une course aux réactions… de la même manière que les personnes le font à titre individuel.

Les commentaires ou les likes sont indispensables mais n’arrivent pas naturellement. Si vous souhaitez en obtenir, il parait évident que vous n’êtes pas un cas isolé. Un des meilleurs moyens pour obtenir de la participation sur vos pages n’est-il pas simplement de montrer de l’intérêt pour les autres avant ?

Je ne veux pas dire que toutes les interactions doivent se limiter à du donnant donnant MAIS je reprends une phrase que j’aime beaucoup : “il faut savoir donner pour recevoir”. Faire le premier pas comptes beaucoup pour les relations sur les réseaux sociaux.

3-. Think different

Bien souvent nos comportements “naturels” ont tendance à aller à l’encontre de ceux qui serait plus adapté aux situations que nous vivons. Il existe un réel travail sur soi que ce soi dans le cadre des interactions privées ou professionnelles.

source: vidéo facebook

— Posted on mai 31, 2011 at 2:06 by

Tags: , , , ,